[Article invité] Les Inamovibles

Des fous, dans la tête. Si l’on doit résumer Les Inamovibles, paru au Théâtre Ouvert éditions TAPUSCRIT en juillet 2019, on se contentera de dire que mille perturbations traversaient l’esprit de Sèdjro Giovanni Houansou. Entre les /…/, « des choses qui passent par la tête du personnage, des pensées pouvant être des prises de parole… », avertit l’auteur en prélude à ce qui se déroule comme une rageuse envie de quête de l’ailleurs au gré de déplacements sur place, dans la conscience, l’âme : l’impossible départ que l’on découvre après avoir tenté le départ.

Et dans la distribution de cette pièce de théâtre, Malick, Lamine, Mariame, Amadou, Jeunesses, Post, Marguerite et Colères ne sont que l’ombre de cette attente de départ–retour, le cri de cette jeunesse qui aspire au meilleur lendemain, mais qui surfe sur place car le départ à travers la méditerranée est un retour impossible puisque la mer a transfiguré le partant ; mis en colère celui qui est resté. Et quand le partant veut revenir il découvre l’impossible retour.  Il est étranger, coincé entre le départ- retour et il délire : les colères. C’est des fantômes, des spectres, angoisses ayant perdu toute humanité et qui errent entre des consciences.  

Partir, pour rester

Le drame est omniprésent dans cette œuvre. La rage est vivace. L’espoir noirci par l’attente peint des personnalités d’une profondeur à perturber le lecteur.  Partir ou rester ? Le choix est fait.  L’assumer, crée des surprises et en dix mouvements,  Sèdjro Giovanni Houansou peint le pillage des ressources, les guerres sur le continent africain, les rêves, les rages, les folies. Et on découvre que dans  le ventre de sa mère, l’auteur avait à ses côtés « le monde ». Il  n’est pas seul. Il est nombreux dans sa tête et vit les peurs de ses semblables qu’il a su transférer. 

Le dédoublement de personnalité chez l’auteur prend des allures angoissantes et le trait de peinture de ses personnages vous bouleverse et vous hisse sur le chemin des voix dans la tête, « des choses qui passent par la tête… ». Sèdjro Giovanni Houansou, lauréat du Prix RFI Théâtre 2018 avec cette œuvre est fou et dit les choses sans détour et peint le monde : série de folies, car partir est un acte de folie, rester est un acte de folie, retourner est folie. Alors il allume un phare pour briller et voir briller ceux qui ont perdu l’âme sur la voie de l’immigration.

Sèdjro Giovanni Houansou

Les Inamovibles : l’entre départ – retour.  Lieu sans temps, d’attente, d’espoir, figé.  Les inamovibles, ils prennent souvent le train pour aller vite en entrant dans le wagon par des portes dérobées : sauter sous le train. Les  inamovibles, un acte de folie, un trait de génie, perturbé par tant d’angoisses. « Des choses qui passent par la tête… »

Jacques HOUEGBE

Commentaires

Commentaires