À la croisée des nus

Au commencement était le nu… Et le nu était beau, il l’est toujours d’ailleurs. Cécile Quenum et Erick-Christian Ahounou le savent, et peut être que vous aussi. Dans ce cas, pourquoi ne pas aller à la rencontre de ce duo d’artistes ? Découvrir leurs démarches artistiques ? Pourquoi ne pas aller à « La croisée des nus » ?

Quand le corps s’exprime !

« La croisée des nus » est une exposition en prélude au Festival Africain de la Photo de Nu, promu par Djamile Mama Gao. Il s’agit donc et si on peut le dire ainsi, d’un test en situation réelle pour comprendre la perception des béninois par rapport au nu artistique. Ainsi depuis le 23 Mars, plusieurs curieux et amateurs d’art se rendent tous les jours au centre culturel Artisttik Africa pour admirer les travaux des deux photographes exposants. Il s’agit de Cécile Quenum et Erick-Christian Ahounou comme je vous le disais en introduction. 

La croisée des nus
© Erick Ahounou

L’immersion dans l’univers du nu artistique commence dès que vous entrez dans le hall de ce centre culturel. Vous serez très tôt frappé par la beauté de ces photos en noir sur fond blanc, qui représentent des hommes et femmes aux allures remarquables. Une chose est sûre, vous aurez une très forte envie de sortir votre smartphone pour capturer à votre tour ces nus. L’exposition a d’ailleurs pour but de mettre en valeur la beauté des corps exposés, qu’ils soient féminins ou masculins. Ici, tout est art et vous ne verrez nullement les parties intimes de ces modèles.

La croisée des nus
© Cécile Quenum

Voici un petit élément qui récapitule tout cela :

Et pour ceux qui pensent qu’exposer le nu est un péché ou que cela ne devrait pas être, voici ce qu’en dit le promoteur de l’évènement :

« Si la photo de nu était un péché, Dieu qui nous a créé nu, et qui nous a contemplé depuis le commencement, serait le plus grand pécheur… » - Djamile Mama Gao. Cliquez pour tweeter

Vive l’art !

Une fois que vous aurez dévoré des yeux les photos exposées dans le hall, vous passerez ensuite au premier étage pour découvrir le reste de l’exposition. Pour ma part j’ai énormément eu du plaisir à admirer chacune des œuvres exposées. Mieux, j’essayais d’imaginer à chacune de mes visites, des scénarios à propos des différentes photos. Comprenez donc que je vais régulièrement en pèlerinage à La croisée des nus, et que chaque visite est toujours différente de la précédente. Vous pourrez d’ailleurs me voir m’interroger à propos des perles sur cette photo. 😎

La croisée des nus
Je crois que j’ai définitivement un faible pour les perles 😜😌

Tiens, je me rends compte qu’il me reste encore d’autres photos de nu à découvrir au premier étage. Donc il est temps de conclure tout ceci… Voyons, voyons…

Passez découvrir l’exposition jusqu’au 13 avril prochain, et ainsi vous faire une idée de ce que réserve le Festival Africain de la Photo de Nu à venir. Pensez à y faire un tour avec des amis pour plus de fun et garder des souvenirs mémorables de cette expérience. En plus tout cela est gratuit, et les jolies dames à l’accueil du centre culturel vous recevront avec de délicieux sourires. En attendant de retrouver Monde en Lettres au Festival Africain de la Photo de Nu (c’est un scoop que je livre 😌), je vous laisse avec ceci. A bientôt !

Commentaires

Commentaires